Paquebot "France" : Bal des Petits Lits Blancs, 13 et 14 janvier 1962

Publié le 13 Janvier 2012

Dernière mise à jour : 5 juillet 2015 - Photo de presse AFP : Audrey Hepburn et le Ct Croisile

Dépliant édité en 1961

Léon Bailby, patron de presse français, crée en 1918 une manifestation de charité au profit d'oeuvres pour les enfants, le "Bal des Petits Lits Blancs" qui, jusqu'en 1935, aura lieu à l'Opéra Garnier avant de se déplacer dans les endroits huppés comme Cannes ou Deauville par exemple.
Dès 1959, des contacts avaient été pris entre des responsables d'oeuvres caritatives et le président de la Compagnie Générale Transatlantique pour l'organisation d'un gala de bienfaisance à bord d'un des paquebots de la Compagnie. En janvier 1961, le principe d'un gala à bord du paquebot "France", avant le voyage inaugural, est  arrêté.
En août le futur gala, qui regroupe différentes oeuvres dont "L'Oeuvre des Petits Lits Blancs" présidée par la Baronne Seillière, prend le nom de "Bal des Petits Lits Blancs".
En octobre, les premières publicités sont lancées et le 27 novembre 1961 une réunion sous la présidence du Commandant Croisile se tient à bord du "France", réunion en présence de représentants de la Transat et du comité des "Petits Lits Blancs". Les modalités de la soirée sont presque arrêtées mais jusqu'en janvier 62 de petits détails seront encore à régler.

Courrier adressé aux participants

Enfin, le 13 janvier 1962, "France", accosté au Havre, accueille la 29ème édition du "Bal des Petits Lits Blancs" premier évènement mondain à bord du paquebot.
Ce sont près de 1400 personnes qui débarquent des trains spéciaux, en provenance de Paris. Le "Tout Paris" est représenté. Parmi les convives prestigieux : Le prince Albert et la princesse Paola de Liège, le prince Alexandre et la princesse Maria Pia de Yougoslavie, le prince Michel et la princesse Yolande de bourbon-Parme, mais aussi un couple que tout le monde remarque : La merveilleuse Audrey Hepburn et son mari Mel Ferrer dont le film "Breakfast at Tiffany's / Diamants sur canapé" sera présenté en avant-première durant la soirée. Après une nuit de fête, les convives quittent le navire en fin de matinée afin de rejoindre les trains qui les transporteront jusqu'à Paris.
Une soirée brillante qui rapportera 350 000 francs (près de 485 000 euros) qui seront  répartis entre les diverses organisation caritatives représentées.

Carnet adressé aux invités

Carton de bienvenu du Commandant Croisile placé dans les cabines des invités

Listes des convives

Catalalogue de la soirée - 109 pages presque exclusivement réservées à des publcités Couverture Jean Jirou-Najou

Programme de la soirée dessiné par Jean Jirou-Najou

Menu de la soirée

Carte postale avec tampon du 11 janvier 1962 (inauguration) et tampon de la soirée

Billet de tombola

Photos de presse :

La princesse Paola (Photo de presse Keystone)

Le prince Albert de Liège et la princesse Paola (Photo de presse Keystone)

La princesse Maria Pia et le prince Alexandre de Yougoslavie (Photo de presse Keystone)

Audrey Hepburn et le Commandant Croisile (Photo de presse AFP)

Articles de presse :

Paris Match n° 668 du 27 janvier 1962

Visionner l'article sur le Bal des Petits Lits Blancs

Point de Vue Images du Monde n° 710 du 19 janvier 1962

Visionner l'article sur le Bal des Petits Lits Blancs

Le Soir illustré n° 1543 du 18 janvier 1962

Le 14 janvier, "France" reçoit la visite d'environ 2000 personnes, personnels de la compagnie accompagnés de leurs familles.
Le 15 janvier, un cocktail de 2800 personnes est organisé à bord.

Carton d'invitation pour le cocktail

Carte d'accès à bord pour le cocktail

Le 16 janvier, a lieu le déjeuner de présentation aux chargeurs; 1100 invités dont 200 venus de l'étranger.

Menu pour le déjeuner du 16 janvier

Le 17 janvier, dédicace protestante de la chapelle du bord; le même jour l'Union des Commerçants et Industriel du faubourg (Saint-Honoré) baptise le paquebot "France" "Faubourg Saint Honoré de l'Atlantique".
Le 18 janvier, la chapelle du bord reçoit la bénédiction de l'archevêque de Rouen.

Rédigé par Gérard

Repost 0
Commenter cet article